Deuxièmes rencontres internationales Endangered Humanities 21-22 juin 2021

Rencontres « Endangered humanities »
Savoirs de la précarité, précarité des savoirs
21 Juin 13h00 – 17h30 et 22 juin 14h00 – 20h00

Lieux : Maison de la recherche Sorbonne Université (28 rue Serpente, 75006 Paris), Fondation Charles Léopold Mayer pour le Progrès de l’Homme (38 rue Saint-Sabin, 75011 Paris), Laboratoire Écologique Zéro Déchets (20 avenue Edouard Vaillant, 93500 Pantin), et à distance.

Organisation : Collectif « Endangered Humanities », GRIPIC (Sorbonne Université), Laboratoire Écologique Zéro Déchet, Programme Ecos-Sud Chili C18H03

Comité organisateur : Joëlle Le Marec (Sorbonne Université), Igor Babou (Université de Paris), Carpanin Marimoutou (Université de La Réunion), Amélie Monnereau (Laboratoire Écologique Zéro Déchets : LEØ)

Informations pratiques (inscriptions obligatoires en cas d’assistance sur place ainsi que pour assister en visioconférence) :
contacter Joëlle Le Marec : jlemarec@neuf.fr

Télécharger le programme (bilingue FR/EN, en pdf)

Présentation

La deuxième rencontre du collectif Endangered Humanities (https://humaheritage.hypotheses.org/1) portera sur le thème « Savoirs de la précarité – force des savoirs, précarités multiples ». Elle fait suite au travail mené sur l’extension de l’espace de production des savoirs, et à la réflexion sur la protection des sciences humaines et sociales comme formes culturelles (voir l’ouvrage collectif « Knowledge from precarity » https://eac.ac/books/9782813003195)

Le collectif Endangered Humanities (https://humaheritage.hypotheses.org/1), est constitué actuellement par des chercheurs, enseignants, éditeurs ou acteurs des sciences humaines et sociales (enquête, édition, patrimonialisation, expérimentation) de différentes régions du monde et de différentes institutions : France métropolitaine et ultramarine, Espagne, Angleterre, Maroc, Liban, Tunisie, Chili, Brésil, Afrique du Sud, Inde, Turquie (notamment via le programme Pause), Rojava, USA.

Nous souhaitons réfléchir à la situation et à la protection des sciences humaines et sociales critiques, en les considérant comme des formes culturelles et des pratiques sociales et politiques fragilisées. La période que nous traversons, avec ses réductions des libertés publiques, ses attaques anti-intellectualistes, ses renoncements à exercer librement la critique, nous pousse à nous regrouper pour construire des résistances et être force de proposition. Si nous revendiquons des postures critiques, nous sommes bien conscients du flou définitionnel de ce terme et de l’importance de ne pas le réifier dans une conception issue du Nord global.

L’équipe initiale a donc été constituée il y a un an, à l’intersection de plusieurs collectifs de recherche et alliances inter institutionnelles, et nous sommes également partenaires d’acteurs ou des collectifs non institutionnels. Nos espaces d’investissement sont multiples mais tous reliés par la dimension des savoirs : savoirs de la précarité, enquête, muséologie et patrimoine, études environnementales, études créoles, décoloniales et féministes, études de sciences, édition, activisme écologique.

21 Juin 2021, 13h00-17h30 : Précarité et protection des sciences humaines et sociales et de ses formes culturelles

A la Maison de la Recherche, Sorbonne Université, 28 rue Serpente, 75006 Paris, métro Saint-Michel ou Odéon

Les Lettres et les Sciences humaines et sociales critiques et émancipatrices sont partout menacées, alors qu’elles constituent un phénomène culturel majeur et transnational. Nous en héritons, nous l’entretenons, mais cet héritage est fragilisé par des attaques anti-intellectualistes, par des menaces et répressions dans les régimes autoritaires et les dictatures, et par des transformations structurelles d’inspiration libérale et utilitariste. Le réseau développe des réflexions et des actions sur trois fronts : étudier et témoigner des menaces qui pèsent sur les humanités et sciences sociales partout dans le monde, enquêter sur les formes et initiatives par lesquelles elles sont vivantes, critiques, en particulier là où des communautés cherchent à faire entendre et reconnaître des voix différentes, envisager les liens avec les procédures de patrimonialisation en lien avec les missions de l’UNESCO.

  • 13h00 – 13h40 : « Introduction à voix multiples » avec Igor Babou (Université de Paris), Carpanin Marimoutou (Université de
    la Réunion), Joëlle Le Marec (Sorbonne Université), Bruno Brulon (Université Rio de Janeiro) : « Les lettres et sciences
    humaines et sociales : dimension critique, alliances culturelles, liens aux problématiques de patrimonialisation »
  • 13h50 – 14h10 : John Crowley (direction des programmes, UNESCO)
  • 14h20 – 14h35 : Claude Calame (EHESS) : « Pour une anthropologie historique critique : retours politiques sur le présent »
  • 14h40 – 15h00 : Mohamed Salah Omri (University of Oxford, UK) et Mohsen Elkhouni (University of Tunis Al-Manar, Tunisia) :
    « Savoirs partagés dans un contexte post autoritaire : récit d’une collaboration »
  • 15h10 – 15h25 : Kenza Sefrioui (Edition En Toutes Lettres) : « Edition, enquêtes : refuges des savoirs »
  • Pause
  • Table ronde 16h00 – 17h30 : « Savoirs des sciences sociales, formes culturelles, processus de patrimonialisation » : Samuel
    Ayòbámi Akínrúlí (Université Minas Gerais, Brazil), Maria Aparecida Moura (Université Minas Gerais, Brazil), Laurella Rinçon
    (directrice du Musée national de l’esclavage de Guadeloupe, Mémorial ACTe), Valérie Perles (Ministère de la Culture et FEMS),
    François Mairesse (Université Sorbonne Nouvelle), Ewa Maczek (Directrice adjointe de l’OCIM, Université de Bourgogne).

22 juin 2021, 14h00-17h30 : Savoirs depuis la précarité

A la Fondation Charles Léopold Mayer pour le Progrès de l’Homme, 38 rue Saint-Sabin, 75011 Paris, métro Bréguet-Sabin ou Chemin Vert

Les conditions et les degrés de précarité multiples (politique, sociale, environnementale, sanitaire, mais aussi précarité cognitive et ontologique) ne doivent pas être considérées uniquement comme des entraves ou des problèmes qui feraient l’objet de travaux de recherche visant à les dépasser conceptuellement, mais qui ne changeraient rien à la nature des savoirs produits collectivement ni aux pratiques, lieux, normes, dispositifs et collectifs impliqués dans ces productions. Faire le lien entre savoirs et précarité a des conséquences multiples, notamment sur les sociabilités, normes et légitimités du savoir. Notre proposition collective, à la fois théorique et politique, consiste à explorer les savoirs produits depuis des situations de précarité, pour échapper à l’illusion que les savoirs sur le monde pourraient être produits depuis quelques centres extrêmement situés (généralement dans des centres de recherche bien dotés des pays du Nord global), réduits à des formes textuelles académiques, où pourraient être oubliées les conditions parfois tragiques dans lesquelles tant de chercheurs, étudiants, enseignants, journalistes, éditeurs, activistes, etc., sont obligés de se mouvoir.

  • 14h00 – 14h30 : « Introduction à voix multiples » avec Claudio Broitman (Université de Santiago de Chile), Hester Duplessis (Université de Pretoria), Joëlle Le Marec (Sorbonne Université)
  • 14h45 – 15h00 : Javier López-Alós (chercheur indépendant) : « A propos de “Crítica de la razón precaria” »
  • 15h10 – 15h40 : Selim Eskiizmirliler (Université de Paris), Gulistan Sido (Université du Rojava) and Sardar Saadi (Rojava Institute of Social Sciences) : « Knowledge for resistance and emancipation »
  • 15h50 – 16h05 : Antoine Lalande (Sorbonne Université) : « Savoirs militants, lieux refuges, précarités croisées »
  • 16h15 – 16h30 : Guillaume Heuguet (Sorbonne Université) : « Enquêter depuis la condition précaire »
  • Table ronde : 16h45 – 17h45 : « Pour un pluriversalime : contre les standards de l’international » : Gauhar Raza (National
    Institute of Science Communication New Delhi), Eylem Camuroglu (Bayreuth University), Sarah Cordonnier (Université Lyon 2), Sari Hanafi (American University of Beyrouth)

22 juin 2021, 19h00–20h30 : Soirée débat : « Pratiques de savoirs : réhabiter »

Au Laboratoire Écologique Zéro Déchets (LEØ), 20 avenue Édouard Vaillant, 93500 Pantin, Métro Hoche. Attention à ne pas confondre le LEØ avec son voisin mitoyen (la Cité fertile). L’entrée du LEØ est un peu après la Cité fertile, au niveau de la place Jean Moulin.

Des espaces comme le Laboratoire Ecologique Zéro Déchet, ou bien des Zones à Défendre, sont entièrement habités par des pratiques de savoirs, d’apprentissage de transmission, d’expérimentation. La vie des savoirs n’y ressemble pas à la manière dont elle se présente ailleurs. En particulier, elle tend à s’émanciper des rapports de domination, et s’éprouve dans chaque moment de l’invention d’un mode de vie, depuis la recherche des lieux jusqu’à la construction de sociabilités et de pratiques hors marché et hors hiérarchies. Cette vie des savoirs est littéralement incroyable du point de vue d’institutions qui fabriquent la croyance en des impossibilités. Un autre monde y es t non seulement possible, mais réel et quotidien, fondé sur d’innombrables savoirs qui feront l’objet de la soirée-débat.

Avec Amélie Monnereau (LEØ), Michel Couret (LEØ), l’équipe du LEØ, Igor Babou et Joëlle Le Marec,



Citer ce billet
science-societe (2021, 7 juin). Deuxièmes rencontres internationales Endangered Humanities 21-22 juin 2021. Endangered Humanities. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pq8w

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search